Faire le test

Les problèmes d’incontinence urinaire touchent plusieurs millions de personnes en France (1), mais beaucoup n’osent pas parler du besoin fréquent d’uriner ou des fuites urinaires à leur médecin traitant. Selon une étude publiée en 2016 menée en France, 15,7 % des femmes et 11,6 % des hommes de plus de 18 ans seraient concernés (1). Les problèmes d’incontinence urinaire sont donc fréquents et bien connus, et peuvent représenter pour eux une gêne relativement important au quotidien. (2)

41 % des personnes souffrant d’une vessie hyperactive sont des hommes. (1) Le problème d’incontinence urinaire chez l’homme est souvent pris en charge trop tard ou complètement ignoré car il est considéré par la plupart des patients comme un sujet tabou. (3) Outre  la vessie hyperactive, le problème d’incontinence urinaire chez l’homme peut être un signe annonciateur d’une autre pathologie. (3,4)

Le syndrome de vessie hyperactive est provoqué par un mauvais fonctionnement de la vessie quand le muscle qui en constitue la paroi se contracte alors que la vessie n’est pas pleine ou que le cerveau n’a pas donné l’ordre d’uriner. (5) La modification des habitudes de vie, la rééducation des muscles du système urinaire, voire un simple médicament sont autant de solutions possibles pour vous soulager de ces troubles urinaires. (3)

Le problème d’incontinence urinaire chez la femme peut survenir à plusieurs moments de la vie et avoir des causes multiples. La période de grossesse et d’accouchement entraîne parfois des fuites urinaires d’où l’intérêt d’avoir un suivi efficace après l’accouchement pour renforcer les muscles pelviens et le sphincter. (3) Le problème d’incontinence urinaire chez la femme peut également survenir pendant la nuit et avoir un impact sur la vie sociale et sexuelle des patientes atteintes. Il est important de déterminer le type de fuite urinaire (liée à l’effort ou par urgence par exemple) pour trouver le traitement adapté. (3)

Mots clés associés : Hypéractivité vésicale symptômes, Urologie fuite urinaire, Solutions fuites urinaires.

1. Cornu J-N, et al. Prévalence et prise en charge initiale de l’hyperactivité vésicale en France : une étude transversale. Prog Urol (2016), http://dx.doi.org/10.1016/j.purol.2016.04.002
2. Artibani W, et al. Nouveautés dans la prise en charge de l’hyperactivité vésicale et des symptômes du bas appareil urinaire de l’homme. Prog Urol 2012;22 (Suppl 4):9-13.
3. AFU. Dossier de presse « Même ça, ça s’apprend », mai 2006.
4. Chu FM, Dmochowski R. Pathopsysiology of Overactive Bladder. Am J Med 2006 ;119(3A) :3S-8S.
5.Haab F. et al. Terminologie des troubles fonctionnels du bas appareil urinaire : adaptation française de la terminologie de l’International Continence Society. Prog Urol 2004;14:1103-11.