Vous souffrez d’une envie pipi fréquente ? Peut-être est-ce le moment de savoir si vous avez un trouble urinaire.

Faire le test

L’envie fréquente de faire pipi peut être une conséquence d’un dysfonctionnement des muscles de la vessie (vessie hyperactive). (1) L’envie fréquente de faire pipi est un trouble plus ou moins handicapant qui peut perturber la vie quotidienne de façon relativement importante et créer un sentiment de gêne permanent. (2) Il est important d’en parler à un médecin, que ce soit votre médecin traitant, votre urologue ou votre gynécologue pour trouver l’origine de ce trouble urinaire. (3) L’envie fréquente de faire pipi ne doit pas être considérée comme un phénomène normal dû au vieillissement et inaccessible au traitement. (4) En effet, il existe des solutions adaptées !

Les personnes ressentant l’envie fréquente de faire pipi sont limitées dans leurs activités, à différents degrés. Souffrir de l’envie fréquente de faire pipi peut aussi avoir des répercussions négatives sur la santé physique, mentale et émotionnelle des patients (2), ainsi il est important de ne pas sous-estimer l’impact de ce trouble urinaire.

L’envie d’uriner souvent peut aussi survenir la nuit et ainsi bouleverser les cycles du sommeil. Le patient qui souffre de ce trouble peut se réveiller 2 fois ou même plus pour aller aux toilettes (5), coupant ainsi le processus de repos et de récupération.
L’envie d’uriner souvent (plus de 8 fois/24 heures aussi appelée pollakiurie) est un des 4 grands symptômes de vessie hyperactive, avec le besoin urgent d’uriner (ou urgenturie), la perte de contrôle (incontinence urinaire par urgenturie) et envies d’uriner qui réveillent la nuit (nycturies). Ne restez pas isolé(e), parlez-en à votre médecin généraliste.

Mots clés associés : Problèmes d’incontinence, Urologie fuite urinaire, Vessie hyperactive.

1.Haab F. et al. Terminologie des troubles fonctionnels du bas appareil urinaire : adaptation française de la terminologie de l’International Continence Society. Prog Urol 2004;14:1103-11.
2. Artibani W, et al. Nouveautés dans la prise en charge de l’hyperactivité vésicale et des symptômes du bas appareil urinaire de l’homme. Prog Urol 2012;22 (Suppl 4):9-13.
3. Agence Nationale d’Accréditation et d’Evaluation en Santé (ANAES). Recommandations pour la pratique clinique. Prise en charge de l’incontinence urinaire de la femme en médecine générale. Saint-Denis La Plaine ; ANAES : 2003.
4. Drutz HP. Overactive bladder: the importance of tailoring treatment to the individual patient. J Multidiscip Healthc 2011;4:233-7.
5. AFU. Dossier de presse « Même ça, ça s’apprend », mai 2006.